fbpx

Être maman pour moi c’est un bonheur. Ce n’est pas facile (j’en parle dans mon article sur le bonheur et celui sur ma vie de femme avant d’être maman), mais c’est un bonheur. La maternité c’est quelque chose de positif et de beau.

Mais dernièrement, j’ai lu plusieurs articles de chialage de mamans. Pour toutes sortes de raisons, plusieurs mamans semblent avoir besoin d’étendre, sur la place publique, leurs états d’âme négatifs sur une panoplie de sujets. Ça m’a donné le goût de faire du ménage dans mes réseaux sociaux et de choisir les pages et les personnes que j’ai le goût de suivre maintenant.

Pour moi, être maman est un privilège et j’essaie d’en ressortir le plus de positif possible. C’est certain que parfois c’est difficile de voir des jouets qui trainent, c’est frustrant un enfant qui n’écoute pas et c’est épuisant de devoir s’occuper de soi et d’une ou d’autres personnes. Mais c’est le choix que j’ai fait. En devenant maman, je savais que ma vie allait changer. Je savais que certains besoins ne seraient peut-être plus une priorité et que ma vision de la vie serait changée à jamais.

Pour vivre ma maternité positivement, j’ai décidé de me rappeler que c’était ma décision devenir maman et de lâcher prise.

Lâcher prise sur ma vie d’avant

Avant, je prenais ma douche le matin, je prenais le temps de me coiffer, de déjeuner tranquillement et de boire un bon café chaud. Maintenant, je prends ma douche le soir, je me coiffe rapidement et je bois mon café chaud quand ma cocotte fait dodo. Je pourrais toujours vouloir revenir comme avant, mais ça me servirait à quoi parce que ma vie n’est plus comme avant! Est-ce que je suis malheureuse? Pas le moins du monde! J’aime plutôt cette nouvelle routine même. À mon avis, mieux vaut mettre mon énergie sur quelque chose de vraiment important; comme donner plein de becs à ma cocotte.

Lâcher prise sur les attentes irréalistes (ouin, ça j’en ai une caisse dans ma garde-robe)

L’autre jour ma cocotte avait une mauvaise journée. Elle pleurait et faisait le bacon pour tout et rien. Mes parents m’ont appelée avec FaceTime pour prendre de nos nouvelles. Bien sûr Mégane a décidé de faire le bacon à ce moment. Je suis partie à rire et j’ai simplement dit, ben oui elle passe une mauvaise journée  Mes parents ont trouvé bien drôle que je prenais ça en riant. Moi, leur fille si peu patiente d’avant! Mais je me dis, à quoi bon me fâcher et entretenir de l’énergie négative. De toute façon, ma fille ne sera pas de meilleure humeur même si je me fâche, et mon énergie négative aura un impact bien plus négatif sur elle encore.

Et, après tout, ce n’est qu’une enfant! Les adultes aussi ont des mauvaises journées. Pourquoi les enfants ne pourraient pas? Je tiens tête et j’obstine mon chum à tous les jours (je le vois rouler les yeux!), mais un enfant n’aurait pas le droit d’avoir un fort caractère? (et Dieu seul sait que ma fille aura un fort caractère). Les attentes irréalistes, c’est de penser qu’un enfant sera heureux, se comportera parfaitement tous les jours de la vie. J’aime mieux au contraire m’attendre qu’il y aura des semaines de M… et des crises, mais de savoir que je suis capable de garder le sourire (le plus possible) et de passer au travers sans me vider de mon énergie. Garder mon énergie pour les choses dont j’ai le contrôle. Savoir que je peux supporter émotionnellement ma fille avec des huiles essentielles (pour en savoir plus voir ici), préparer de bons repas (même si des fois elle n’aime pas ça), l’aider à devenir une femme équilibrée. C’est là-dessus que j’ai décidé de mettre mon énergie.

D’ailleurs je viens d’écouter un réportage super intéressant à ce sujet à l’émission Banc publique. Je dépose ça juste ici.

Lâcher prise sur ce que la société nous dicte

Si c’est à la mode d’être une mère frustrée et bien je ne suis pas à la mode. J’ai décidé que ma vie et ma famille serait une zone de calme et le plus positif possible (et non il n’y a pas toujours des petits oiseaux qui font cui-cui).

En famille, nous avons décidé de nous éloigner de la vie effrénée et nous avons adopté le slow toute. Prendre notre temps, profiter des moments ensemble, ne pas consommer pour rien, manger ensemble à la table, ne pas courir à gauche et à droite pour 10 mille activités. Nous avons décidé de faire les choix qui nous conviennent et surtout d’éliminer de notre quotidien les blogues, les pages Facebook qui n’apportent que du négatif.

Si vous aimez la parentalité positive, je vous recommande le blogue de ruban cassette. J’aime ces textes inspirants.

Comment est-ce que tu vis la vie de maman? Je suis curieuse de savoir comment ça se passe pour toi?